Bouger après les fêtes et au-delà

Bouger après les fêtes et au-delà

Pas toujours facile de bouger quand on a mal aux articulations et qu’on est fatigué, surtout après les fêtes qui sont souvent synonymes d’excès. Pourtant, l’activité physique est recommandée, même quand on a une polyarthrite rhumatoïde. Voici quelques conseils pour bien commencer l’année…

Vous pensez que la réduction de votre mobilité, la douleur et la fatigue liées à votre polyarthrite rhumatoïde vous empêchent de bouger ? Il n’en est rien ! Toutes les recommandations officielles sont formelles1. Les bénéfices de la pratique régulière d’une activité physique sont nombreux. En voici 7 pour vous motiver : 1

  • Amélioration de la souplesse ;
  • Diminution des douleurs et de la sensation de fatigue ;
  • Aide à lutter contre l’enraidissement ;
  • Réduction des risques de fractures et d’ostéoporose ;
  • Augmentation de l’endurance cardio-respiratoire ;
  • Impact positif sur le moral, l’anxiété et le stress ;
  • Maintien du poids.

Mais si, comme 57 %* des personnes ayant une polyarthrite rhumatoïde, vous faites moins d’activité physique qu’il n’est recommandé1, voici nos 7 conseils pour vous aider à rester en mouvement…

  1. Prendre un avis médical, si vous voulez commencer ou reprendre une activité physique, pour connaître les contre-indications éventuelles, l’intensité de l’activité, les précautions à prendre. 1
  2. Privilégier les activités d’endurance comme la marche, les sports aquatiques (natation, aquagym), le vélo (d’appartement ou d’extérieur), la gymnastique (renforcement musculaire et étirements). 1
  3. Être régulier dans la pratique de l’activité avec l’objectif d’effectuer chaque semaine : au moins 150 minutes (2h30) d’activité d’endurance d’intensité modérée ou 75 minutes (1h15) si l’intensité est soutenue, par tranches de 10 minutes minimum. Idéalement, il serait souhaitable d’en réaliser le double en y ajoutant deux séances de renforcement musculaire. 2
  4. Être progressif en intégrant l’activité à votre quotidien à petites doses. Quelques exemples : aller chercher le pain à pied plutôt qu’en voiture, préférer les escaliers à l’ascenseur ou à l’escalator. Les tâches ménagères et le jardinage sont aussi considérés comme une activité physique.
  5. Ne pas avoir mal. En période de poussées, ne pas solliciter vos articulations et les laisser au repos. Mais si vous avez des douleurs aux mains ou aux poignets, vous pouvez toujours marcher…
  6. Se faire plaisir. C’est le secret pour conserver sa motivation au long cours. Alors, choisissez bien votre activité en tenant aussi compte de la saison et des aléas climatiques.
  7. S’équiper d’objets connectés pour vous aider à fixer vos objectifs et à suivre vos progrès : podomètre, bracelet connecté, applications… À vous de choisir.

7 bénéfices, 7 conseils : c’est à vous de jouer maintenant ! Le plus difficile, c’est de s’y mettre mais vous ressentirez rapidement les bienfaits de l’activité physique une fois que vous y aurez goûté…

*Selon une enquête réalisée par l’AFPric en 2015 auprès de ses membres, pour identifier leurs pratiques d’activité physique et les éventuels freins.

Références :
1. Polyarthrite infos. Les enjeux de l’activité physique. Dossier. N°106. Juin 2017. Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques (AFPric).

Campagne réalisée en collaboration avec logo AFPriclogo andar

Sanofi Genzyme et Regeneron s’engagent à mieux comprendre la polyarthrite rhumatoïde
et les besoins non satisfaits des patients atteints par cette maladie.